Filtres anti-calcairecrystaux de silicophosphate verts

Le silicophosphate, ce qu’il faut savoir sur ce produit

Le silicophosphate se trouve sous forme de petites billes souvent contenues dans les filtres anti-calcaire que l’on retrouve dans le commerce. Les phosphates, souvent pointés du doigt représentent-ils un danger pour la santé ? Enfin, nous verrons comment un filtre au silicophosphate permet de lutter efficacement contre le calcaire.

Le silicophosphate représente-t-il un danger pour la santé ?

Rentrons dans le vif du sujet : le phosphate est un composé qui se trouve déjà dans notre organisme sous forme de phosphore (notamment dans les os). C’est donc un élément essentiel de l’alimentation, surtout le phosphate de calcium. Le problème ce sont les compléments alimentaires comme le E452 que l’on trouve en concentration trop importante pour l’organisme dans les produits transformés.

Utilisé en tant qu’antioxydant ou d’émulsifiant dans la nourriture, parfois même dans les aliments pour jeunes enfants et bébés c’est là qu’il devient nocif. La nouvelle directive de l’EFSA datant de juin 2019 préconise une dose journalière acceptable (DJA) de 40 mg/kg de poids de corps par jour, soit 2,4 g/jour pour un adulte de 60 kg. Avec une alimentation non biologique, ces seuils peuvent être largement dépassés. Mais concernant les filtres anti-calcaire, ce ne sont pas les mêmes ordres de grandeur.

Peut-on boire l’eau traitée avec un filtre au polyphosphate ou silicophosphate

Même si leur dosage est imprécis dans la plupart des filtres anti-calcaire, les billes de polyphosphates et les billes silicophosphates sont nettement moins solubles dans l’eau que les phosphates, et ne présentent donc pas les mêmes inconvénients. On retrouve des quantités bien moindres de silicophosphates par litre d’eau issue de filtration en comparaison des quantités ingérées via une alimentation transformée. Une publication de l’ENSP (p 33/66) parle d’une efficacité démontrée contre le calcaire à l’aide d’environ 10 mg/L de silice et 5mg/L de P205 (phosphates). A raison d’un litre de boisson par jour, on ingère potentiellement entre 5 et 10 mg/jour avec un filtre soit environ 200 fois moins que la DJA de 2,4 g/j. page 33/106

L’inocuité de ce produit dans ces proportions est d’ailleurs ce qui lui permet d’être autorisé sur le marché par l’Agence Nationale de Santé via la norme NF-EN 1208. Si votre filtre anti-tartre est complété par une cartouche au charbon actif, c’est encore une sécurité supplémentaire, mais ce n’est pas nécessaire.  

En revanche, lorsque l’eau stagne dans le filtre durant une période prolongée (plusieurs jours), la concentration en silicophosphates les premiers litres peut devenir bien plus importante et rendre l’eau inapte à la consommation. Dans ce cas il faudra prendre le soin d’utiliser les premiers litres d’eau tirée pour une autre utilisation (ménage, arrosage, etc.), surtout si vous ne possédez pas de cartouche au charbon actif. Enfin, dans des périodes prolongées de stagnation, la population bactérienne peut augmenter dans la cartouche, c’est pourquoi il faudra penser à les changer régulièrement.

En comparaison, l’eau d’un adoucisseur à résine se consomme mais possède un goût salé que l’eau issue de filtration n’a pas. Seul l’osmoseur garantira une eau de boisson exemptée de tout polluant, mais ce type de filtration présente l’inconvénient de retirer tous les minéraux et d’être moins pour traiter les eaux trop calcaires.

Silicophosphate ou polyphosphate ?

Dans le cadre d’une utilisation contre le calcaire, la différence est simple. Ces deux produits dérivés de la même basent diffèrent en ce sens que :

  • La cartouche aux polyphosphates empêche la formation du calcaire
  • La cartouche de silicophosphate empêche également la formation du calcaire mais possède également un rôle anti-corrosion

Comment fonctionne un filtre anti-calcaire au polyphosphate ?

Le silicophosphate (ainsi que les polyphosphates) joue en réalité un rôle d’inhibiteur dans la formation du calcaire. C’est le processus de précipitation du calcium et du magnésium, la création des cristaux de calcaire qui est ralenti voire inhibé par ces molécules. Ainsi le tartre ne se forme plus sur les parois. Il est techniquement encore présent dans l’eau, avec les minéraux essentiels pour l’organisme, mais il ne s’incruste plus. Il suffit d’un coup d’éponge sur les parois pour le voir partir, et il ne s’accumule plus dans les canalisations.

L’efficacité du filtre anti-tartre

Les polyphosphates sont les « inhibiteurs d’entartrage les plus fréquemment utilisés et les plus efficaces » selon une publication de l’ENSP (source citée précédemment). Il faut ajouter que cette efficacité diminue avec une eau à forte température, à partir de 65°C à 70°C, puisque les molécules sont hydrolysées en orthophosphates.

Pour rester simple, ce type de cartouche ont montré son efficacité dans des conditions de dureté importante avec des températures < 65°C.

Quand changer la cartouche de polyphosphate ou de silicophosphate ?

Dans les complexes anti-tartre, on trouve souvent une cartouche bobinée et une autre à billes de polyphosphates ou silicophosphates. La première est à changer en moyenne tous les 6 mois, la seconde est à remplacer en moyenne une fois par an. En fonction du degré de dureté de l’eau, les billes se dissolvent plus ou moins vite, et c’est une fois vidée qu’il faudra la changer.

filtre à bobine et verre d'eau

Par ailleurs, comme expliqué précédemment, il est préférable de remplacer les cartouches après des périodes prolongées de stagnation de l’eau dans le bocal, après un départ en vacances par exemple. Ainsi vous évitez toute suspicion de prolifération bactérienne ou de dissolution trop importante des billes de votre filtre.

En résumé, le filtre aux billes de silicophosphate ne constitue pas de danger pour la santé. Il est efficace dans la lutte contre le tartre et la corrosion. Attention toutefois à la stagnation d’eau dans ce dernier, mieux vaut vidanger avant de s’absenter longtemps, ou bien penser à changer la cartouche à votre retour.

En guise d’alternative pour une eau de boisson optimale, il y a l’osmoseur, et pour lutter contre le calcaire de manière physique, il y a par exemple l’anti-calcaire électronique. Des guides complets a ce sujet se trouvent sur notre site.

Laissez-nous un commentaire si vous avez des remarques !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire